30,0,-4,70,1
600,600,60,1,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
Angers Nickel Chrome + u13
COURTIS
Suzuki Auto
Volva Auto
Maison et services
utiléo+U15
sorenov
ArcaChudeau
Ets BOISNEAU
PIzzaTempoU13
Carrefour Market
Pizza Tempo Avrillé
Ville d'Avrillé
U13 + Boumard
Macron Store
utiléo
MacronDRH
Ad pub
Colas
Entreprise Coignard
Garage Renault Avrillé
U11+Carrefour
Boulangerie Boumard
Cavier U15
Settimio U17
Matmut
Settimio Tombini
Arca Chudeau
Goupil U17
Garage Foin Peugeot Avrillé
Read More!
Garage Tombini Citroen
FournyU15
Leclerc
Finance Conseil
VnB Avrillé
Garage Fourny
U19Colas
Auchan Avrillé

La balle aux parents

LES 11 COMMANDEMENTS DES PARENTS


Une tendance inquiétante remonte souvent des terrains. Certains parents accompagneraient de moins en moins
leur enfant, d’autres n’auraient pas toujours la bonne attitude autour des rectangles verts. Comment, par un
comportement adapté, peuvent-ils devenir les meilleurs coéquipiers de leur progéniture ? voici les « onze
commandements » pour répondre à cette importante interrogation.


1. Rassurer
L’enfant a besoin de ses parents pour s’épanouir. Les premières séances de l’année sont importantes. Il doit
être rassuré et la présence de son père ou de sa mère peut l’y aider. Dans le football d’animation (U6 à U11),
la « contrainte » horaire est vraiment minime. Les plateaux sont organisés le samedi après-midi avec des
regroupements géographiques.


2. Transporter
L’investissement des parents dans le transport des joueurs est primordial pour le bon fonctionnement de
l’association. A chaque début de saison, les clubs doivent organiser une réunion par catégorie pour les
sensibiliser sur ce point.


3. Vérifier le sac
Le rôle des parents est de guider l’enfant en lui apprenant à remplir son sac tout seul. Malheureusement, ils
le font souvent eux-mêmes pour gagner du temps. Le jeune footballeur doit prendre un certain nombre de
responsabilités. Préparer son sac en est une. Pour l’aider, une fiche avec tous les éléments nécessaires, pour
s’habiller, pour jouer, pour se changer, peut être affichée dans sa chambre. Une dernière vérification sera
nécessaire pour éviter les oublis.


4. Prévenir en cas d’absence
Les parents doivent prévenir les éducateurs en cas d’absence de leur enfant. C’est avant tout une question
de respect et de politesse. Aujourd’hui, avec tous les moyens de communications qui existent, il est très
simple d’appeler ou d’envoyer un mail pour avertir le responsable. Les coordonnées des responsables
doivent être communiquées lors de la réunion « parents » du début de saison.


5. Bien nourrir
La responsabilité des parents est simplement de veiller au repas avant l’activité sportive. Il doit être digeste
avec, si possible, une portion de féculents pour permettre à l’organisme de se constituer des réserves
énergétiques. Une collation et une boisson sucrée seront offertes à la fin du plateau par le club club
recevant.


6. Etre mesuré
Une attitude mesurée est apaisante pour un enfant. Victoire ou défaite, le message doit être le même, avec
des encouragements. Evidemment, certains parents, souvent les papas, ne voient pas la chose sous cet
angle. Ils s’identifient à leur garçon ou leur fille, vivent le match à leur place en espérant accomplir à travers
lui ou elle ce qu’ils n’ont pas réussi eux-mêmes. ce comportement, dont ils n’ont pas toujours conscience,
est très néfaste pour le joueur qui subit une grande pression.


7. Respecter l’arbitre
Certains parents doivent apprendre à maîtriser leurs émotions. Comme tout le monde, ils peuvent ressentir
un sentiment de frustration par rapport à une décision arbitrale. Cette réaction est humaine. Pour autant, ils
ont l’obligation de ne pas l’exprimer devant les enfants qui évoluent sur le terrain. Leur comportement à ce
sujet doit être exemplaire et les éducateurs doivent s’en assurer.


8. Rester à sa place
C’est un point fondamental. Les parents n’ont pas à interférer dans les relations entre un éducateur et un
joueur. Ils doivent rester à leur place derrière la main courante et, en aucun cas, entrer sur le terrain pour
« télécommander » leur garçon ou leur fille comme on le voit parfois. Quand un parent entre en conflit avec un éducateur, l’enfant est le premier à en souffrir. Il est l’otage d’une situation qui ne peut, an aucas cas, lui être profitable.

9. Encourager
Les parents doivent encourager l’équipe dans son ensemble et pas seulement leur progéniture. Personne
n’est irremplaçable dans un groupe, même s’il y a toujours des éléments plus forts que d’autres.
L’importance du collectif sera valorisée par un tel comportement. Anjourd’hui, on voit parfois des jeunes
joueurs talentueux complètement étouffés par le comportement excessif de leurs parents. Une carrière
professionnelle fait rêver beaucoup de monde…


10. Aider le club
Beaucoup de parents possèdent des compétences, des relations ou des idées pour donner un coup de main
dans le sponsoring, le secrétariat ou tout simplement l’accompagnement d’équipe. Malheureusement, ils ne
sont pas assez acteurs de la vie associative. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, de nombreuses
tâches peuvent être accomplies depuis le domicile et elles ne demandent qu’une ou deux heures de
bénévolat par semaine.


11. S’investir sur le terrain
La crise du bénévolat touche particulièrement les petites catégories. Certains parents passionnés qui suivent
couramment leur petit ont parfois du mal à sauter le pas pour prendre en charge une équipe. Il existe
pourtant des modules de formation très courts, organisés par la Ligue et le District, permettant d’acquérir
les connaissances nécessaires (modules U7, U9, U11). Enfin, il y a de nombreuses tâches qui sont très
importantes comme donner un coup de main à l’arbitrage, remplir les feuilles de matches ou tout
simplement s’occuper des maillots.

Les immanquables du moment :